ACTUALITÉS ET ARTICLES

SAF2-shadow

Ne jamais regarder en arrière

"Pour un homme qui a toujours porté son regard de l'avant, le moindre coup d'œil dans le rétroviseur est un exercice compliqué."

Steve Bartram, ManUtd.com

Exprimez-vous

03/11/2011, par Steve Bartram
Page 1 sur 2 Suivante 

Blog : Cap sur l'avenir

"Aujourd'hui, c'est le grand jour. Demain, c'est le très grand jour." Il s'agit de l'une des maximes préférées de Sir Alex Ferguson. Et à un moment où son emploi du temps est saturé de dîners de fêtes, de messages de félicitations et de demandes incessantes d'interviews, cette expression a une portée spéciale.

Car il n'a pas spécialement souhaité cela. Pas du tout. Il n'a pas envie des cohortes d'hommages de stars, du conte devenu légendaire sur la manière dont il a tiré Manchester United de sa torpeur léthargique, ni des débats sans fin sur l'identité de sa plus grande équipe de tous les temps. Normalement, lorsqu'un employé d'Old Trafford fête ses 25 ans de service au club, il reçoit une montre avec son nom gravé. Cela irait parfaitement à Sir Alex. Pour un homme qui a toujours porté son regard de l'avant, le moindre coup d'œil dans le rétroviseur est un exercice compliqué.

Il vit donc ces célébrations en son honneur, mais bien à contrecœur. Veuillez noter que vous ne trouverez nulle part d'interview exclusive de Sir Alex. Tous les médias, que ce soit internes ou externes, nationaux ou internationaux, ont vu refusées leurs demandes d'entretien avec l'homme qui soutient depuis 25 ans la pression qui pèse si lourdement sur le poste de manager.

On ne peut pas le lui reprocher. Ce n'est pas en parlant qu'il permettra à United de retrouver le fauteuil de leader, mais en travaillant. Pendant ce temps, dans son dos, nous saluons tous le plus grand chef d'œuvre de restauration depuis que Michel-Ange a touché la Chapelle Sixtine.

Le Manchester United qu'Alex Ferguson a fondé en 1986 était un club qui traversait une crise d'identité : le divorce avec le prestige et la vision romantique était consommé. Au milieu de deux décennies de frustration cumulée par l'absence de titre de champion, les quelques sacres en FA Cup ressemblaient à une descente en gamme par rapport aux standards établis par Sir Matt Busby.

Wilf McGuinness, Frank O’Farrell, Tommy Docherty, Dave Sexton et Ron Atkinson ont tour à tour essayé de reconstruire sur les fondations de Busby, mais sans jamais y parvenir. Au moment où ce dernier était remercié, en novembre 1986, le centre de formation et le système de détection de United étaient en friches, tandis que les membres de l'équipe senior se distinguaient par leurs sorties arrosées et leur manque de forme physique.

Vous connaissez la suite de l'histoire. Les problèmes ont été résolus, les "Ballons de plomb" sont devenus des "Ballons d'or", et surtout, l'identité de United a été restaurée, et même améliorée. La

Page 1 sur 2 Suivante 

SPONSORS OFFICIELS