ARTICLES

26/11/2012,
Page 1 sur 2 Suivante 

Éric et moi : Barney

Nous allons à la rencontre des supporters, journalistes et anciens joueurs de United pour capturer l'essence d'Éric Cantona à travers leurs moments et souvenirs préférés. Le premier à se livrer : Barney, le rédacteur en chef du fanzine Red News.

Nous avons tous un souvenir préféré impliquant Éric Cantona. Réfléchissez-y un instant et vous trouverez le vôtre. Le mien tombe sous le sens : c'est son but à Wembley, en finale de la FA Cup 1996, cette reprise de volée qui franchissait une forêt de maillots de Liverpool pour remporter le trophée au nez (qu'il avait pourtant d'imposant) et à la barbe d'Ian Rush.

C'était un signe : les rôles étaient inversés. C'était génial. Mais j'ai un autre souvenir, plus modeste. À un tournoi de beach soccer disputé par Éric. Bien après la fin de sa carrière à United, une horde de fans de United avait fait la queue pour apercevoir Éric quitter le minuscule stade de Brighton. Il est resté pendant plus d'une heure pour signer un autographe à chacun des supporters présents.

Il avait l'aura des grands, comme Sir Alex ou Sir Matt Busby. Il le savait. Et nous aussi. On l'adorait pour ça. Il n'a pas filé à l'anglaise. Il est resté, a reçu les applaudissements et apposé sa signature. Encore et encore. Le simple fait d'accorder un moment à un fan qui l'adore, a offert un souvenir inaltérable à chacun des fans qu'il a rencontrés. C'est un geste de grande classe, et Éric est véritablement un grand seigneur. Il l'a fait avec une flamboyance à la United qui nous avait

Page 1 sur 2 Suivante 

SPONSORS OFFICIELS

Aon LogoFoundation Manchester United logoNike Logo